Une technologie au service de l’humain : Compatibilité entre durabilité et technologie Blockchain.

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Le cas des marchés carbone.

La planète représente un écosystème vivant unique profondément interconnecté qui nécessite un équilibre. Cet équilibre se joue à plusieurs niveaux. A l’aube de la COP26, 26ième conférence annuelle de l’ONU qui porte principalement sur le changement climatique, les problématiques liées au domaine du développement durable représentent des enjeux cruciaux. Parmi les points abordés, la gestion du carbone est l’un des sujets qui seront étudiés. A titre symbolique cette conférence se veut neutre en carbone. En effet, la gestion du carbone et plus précisément la décarbonisation des sociétés, des entreprises ou encore des pays, marquerait un grand pas vers un monde plus durable. Le changement et la transition des sociétés vers une production et une consommation responsable sont des actions inéluctables. Cela commence par une capacité à mesurer notre impact actuel pour mieux le réduire.

La technologie Blockchain

La technologie blockchain créée il y a maintenant plus de 10 ans avec le lancement du Bitcoin a suscité beaucoup d’intérêt. Aucune définition unique n’existe, cependant nous pouvons la définir comme étant “ un grand livre de comptes ouvert, décentralisé et numérisé qui enregistre toutes les transactions entre pairs sans avoir besoin d’une autorité centralisée “ (Woodside et al. 2017, 65) “. Dans un premier temps la technologie Blockchain s’est déployée dans la sphère financière puis a peu à peu migrée vers de multiples autres domaines dont l’énergie, le transport, le luxe ou encore la santé. Cela s’explique par ses caractéristiques intrinsèques soulignées dans plusieurs études. Parmi ses qualités, nous notons : transparence, traçabilité, authentification, sécurité, fiabilité, exécution intelligente (contrat intelligent).

Nous nous demandons maintenant comment pouvons-nous utiliser cette technologie et ses qualités dans le cadre des actions en faveur du développement durable ? Quelles sont les possibilités en ce qui concerne la gestion du Carbone ?

Technologie Blockchain et développement durable : une alliance paradoxale ?

Plusieurs études ont prouvé le lien qui pouvait subsister entre le développement durable et la technologie Blockchain. Effectivement, à première vue cette alliance peut paraitre paradoxale. La technologie Blockchain a développé une réputation moyenne en ce qui concerne son aspect durable. Souvent qualifiée d’énergivore, on peut se demander comment faire du développement durable avec une technologie polluante ? Le premier point à éclaircir est qu’il n’existe pas qu’une typologie de Blockchain mais plusieurs. Certaines sont énergivores tandis que d’autres le sont beaucoup moins. D’autre part ses qualités intrinsèques évoquées plus haut peuvent jouer un rôle clé dans les actions réalisables par les entreprises et les sociétés dans l’objectif d’atteindre une économie durable. La technologie Blockchain peut être utile sur les trois aspects issus du développement durable à savoir :

  • L’aspect social (ex : réduction des inégalités)
  • L’aspect économique (ex : réduction des coûts et gain de temps)
  • L’aspect environnemental (ex : gestion et réduction de l’empreinte carbone)

Il est également intéressant de noter que couplet à d’autres technologies telles que l’Internet des Objets ou l’Intelligence Artificielle, la technologie Blockchain peut être un excellent outil quant à la mesure d’impact. On ne se contenterait plus de cumuler les données, mais nous pourrions les exploiter et les réutiliser.

La technologie Blockchain pour la gestion du Carbone

Parmi toutes les opportunités citées plus haut, l’une des pistes intéressantes à creuser est la gestion du Carbone. Selon une récente étude réalisée par Xing Chen et Ashley D. Lloyd en 2021, la blockchain pourrait être une solution pour développer les marchés carbone. Comment ? Le marché carbone fonctionne sur le principe d’échange de quotas d’émissions sous forme de certificats : ce sont les crédits carbone. Ces certificats pourrait être émis, cryptés et échangé à moindre coût, de manière plus rapide et sécurisée via le système d’un smart contract par exemple. On obtiendrait, ainsi, un marché du carbone décentralisé qui permettrait une décarbonisation des entreprises plus rapide. Cette possibilité d’utilisation est un exemple parmi d’autres cas d’utilisation possible de la technologie Blockchain sur les marchés carbone. En revanche il est certain que celle-ci puisse être utile quant au souhait des Etats à se diriger vers une transition inévitable.

Des questions sur ce que vous venez de lire ? Contactez-nous via contact@smartb.city !

Smart B is the first evidence-based impact blockchain network for the Impact-driven economy.

Smart B is the first evidence-based impact blockchain network for the Impact-driven economy.